Mars
20
2013

Copenhague, la petite reine du nord
20 Mars 2013
par misterb&b

Copenhague, la petite reine du nord

Moins connue que Stockholm, aussi design qu’Helsinki, Copenhague est certainement la cité scandinave la plus agréable pour les piétons et les cyclistes. Pour les gays aussi. Le royaume du Danemark a été l’un des premiers pays à autoriser le mariage homo, en 1989. Et bientôt, les gays pourront même être mariés par l’Église luthérienne qui n’autorisait jusqu’alors que la bénédiction des unions hétéros.

Bref, Copenhague est gay-friendly par nature. Et résolument tournée vers la nature. Ici, le vélo est roi et la ville compte quatre cents kilomètres de pistes cyclables. De véritables voies réservées uniquement aux deux-roues, pas encombrées de voitures garées, ni de piétons égarés. D’ailleurs, d’ici à 2015, la moitié de la population de Copenhague devrait se déplacer en pédalant. Comme la capitale danoise est assez compacte et plate, elle se visite donc facilement à pied et à vélo.

Le centre-ville historique est traversé sur deux kilomètres par la rue piétonne Strøget, la plus longue au monde. C’est le royaume du shopping. Les fans de design ne manqueront pas Illums Bolighus, les Galeries Lafayette du design avec toutes les grandes marques danoises, scandinaves et internationales. Et les nostalgiques des petites briques de construction multiformes et multicolores trouveront leur bonheur dans l’impressionnant magasin Lego.

Sinon, on peut aussi admirer les beaux mecs dont regorge Copenhague : tous grands, la majorité blonds avec des looks et des coupes de cheveux dignes de top models. En plus, ils ne se déplacent quasiment qu’à vélo, ils mangent sain et bio et le grand air leur donne bonne mine.


© Laurence Ogiela

Le quartier Pisserenden et la rue Studiestræde, parallèle à Strøget, regroupent la majorité des établissements gays comme le Cosy, le Jailhouse et le Masken. Le Centralhjørnet, véritable institution à Copenhague, a ouvert ses portes en 1925. Si le décor est résolument rétro, la clientèle n’est pas toute jeune non plus. Pour rencontrer les locaux, on peut aussi se balader dans Ørstedsparken à deux pas. Il s’y passe toujours beaucoup de choses de jour comme de nuit.

Ceux qui veulent s’aventurer en dehors du centre-ville pourront explorer Amager Fælled, un immense parc au sud, lieu de rencontres intimes bien connu des gays locaux, et Helgoland à Amager Strandpark, des bâtiments en bois sur l’eau où se retrouvent les naturistes pour prendre le soleil dès les beaux jours. Il y a un côté mixte, un côté femmes et un côté réservé aux hommes. On peut s’y rendre facilement en métro depuis le centre-ville.

Si on n’a pas le temps, et qu’on veut quand même se la jouer petite sirène, rien n’empêche de se baigner dans la Baltique au centre même de Copenhague. L’eau de l’Øresund, ce bras de mer qui sépare le Danemark de la Suède, est très propre et la piscine Havnbadet en forme de bateau à Islands Brygge est prise d’assaut tout l’été.

Renouveau architectural
Copenhague s’est réapproprié son quartier des docks et l’a métamorphosé en ville moderne qui fait face à la cité millénaire et aux célèbres maisons aux façades multicolores de Nyhavn. Le quartier d’Islands Brygge a subi un sérieux lifting depuis le début des années 2000, et les anciens entrepôts et usines désaffectés sont devenus des immeubles modernes abritant des lofts spacieux et lumineux où vivent des familles de bobos.


La Maison des spectacles, Skuespilshuset

Le ton a été donné par la construction de la nouvelle aile de la bibliothèque royale surnommée le « diamant noir », la Maison des spectacles, Skuespilshuset, ainsi que le nouvel opéra à Christianhavn. C’est aussi là, dans un ancien entrepôt de sel et de poisson, sur les quais, que l’on trouve Noma, le meilleur restaurant du monde selon 800 critiques et experts gastronomiques internationaux. Son chef, René Redzepi, a réinventé le Nordisk Mad (Noma) ou Nordic Meal dans son restaurant au design épuré. Comme il est particulièrement difficile d’y obtenir une table, on peut se rabattre sur l’ancien quartier rouge de Vesterbro où les anciennes halles à viande, Øksnehallen, ont été réhabilitées en un quartier commerçant semblable au Meatpacking district à New York. Bars, clubs et restaurants hip se partagent les lieux avec les quelques bouchers encore présents. Au Dyrehaven, on déguste d’excellents smørrebrød, le déjeuner typique danois. Ce sont des tartines de pain de seigle ou de pain noir avec du hareng, du saumon, de la viande froide et des condiments.

Plus au nord, dans le quartier populaire de Nørrebro, flotte un esprit bohème et branché. Mélange ethnique et éclectique, on y trouve des cafés hip et le cimetière Assistens, sorte de parc où viennent flâner les Copenhaguois le week-end. Ils viennent carrément y bronzer aux beaux jours au milieu des tombes du conteur Andersen et du philosophe Kierkegaard. C’est comme si on se baladait en maillot de bain au Père-Lachaise entre les tombes de Proust et d’Oscar Wilde. Bref, les Copenhaguois sont nature !

Photo principale: © Laurence Ogiela

Gardons le contact

Instagram Facebook Twitter

O√Ļ que vous alliez, n'oubliez pas de nous retrouver sur Instagram, Facebook and Twitter et partagez vos photos de voyage en utilisant le hashtag #ExperienceYourPride. Nous partagerons les meilleures photos avec notre communaut√© mondiale de voyageurs LGBT! Partagez votre exp√©rience d‚Äôh√īte ou vos bons plans √† propos de votre ville, et tournez une vid√©o pour mettre en avant votre logement. Int√©ress√© ? Envoyez nous un email √† stories@misterbandb.com et nous vous recontacterons.

Publicité
Publicité