Mars
28
2010

Qui aurait pu dire que le Cambodge deviendrait une destination gay friendly ?
28 Mars 2010
par Rédaction

Qui aurait pu dire que le Cambodge deviendrait une destination gay friendly ?

Les actes homosexuels ne sont pas interdits au Cambodge, mais les démonstrations d'affection entre couples de même sexe et les modes de vie non traditionnels se doivent de rester discrets. Pourtant, les choses commencent à changer. Ainsi, Siem Reap (Angkok), une petite ville qui reçoit environ un million de touriste par an, est en train de devenir un petite havre de paix pour les visiteurs et les habitants gays.

Au cours des dernières années, une vague de petits bars gays friendly, restaurants et d'hôtels s'adressant aux voyaugeurs gays ont ouvert au centre-ville, faisant de Siem Reap 7 une destination de plus en plus ouverte à la diversité sexuelle. L'acceptation croissante dans un pays où les valeurs khmères ancestrales sont encore très pregnantes et où l'acceptation de l'homosexualité semblait jusqu'à présent inexistante en a surpris plus d'un !

Le mot « gay » n'existe pas dans la langue khmère. Ce terme a été remplacé par kteur ou ladyboys. Cette transformation du mot a été fondée sur la perception erronée de nombreux Cambodgiens selon laquelle l'homosexualité et le travestissement sont une seule et même chose.

Mais les stéréotypes disparaissent lentement. En 2004, le roi Norodom Sikanouk a écrit sur son site Web que les homosexuels devraient être autorisés à se marier. Le successeur du roi a récemment dit que la famille royale avait le même point vu que le roi-père.

L'année dernière, le film du metteur en scène khmère Phoan Phuong Bopha, « Who Am I », a rencontré un vif succès : une histoire d'amour lesbien dont l'histoire se déroule au Cambodge.

Cette rafraîchissante ouverture d'esprit est attribuée au bouddhisme Theravada, la religion dominante au Cambodge. « Quand vous regardez les pays bouddhistes, vous allez rencontrer une ouverture et de la tolérance », nous indique Caroline Francis, une porte-parole du bureau de la Santé des Familles au Cambodge.

Dans un pays pauvre où la famille traditionnelle reste le pivot de la société, les jeunes Cambodgiens restent cependant encouragés à se marier et avoir des enfants tôt. Aussi beaucoup de couples de même sexe gardent le lourd secret de leur union. Il n'est pas rare de voir des hommes gays ou femmes lesbiennes mener une double vie afin de préserver les apparences. Dans les saunas gays du Cambodge, certains hommes homosexuels portent un masque afin d'être certains de ne pas être reconnus. 

La nouvelle génération de gays, jeune et dynamique, semble vouloir faire avancer les choses dans ce pays marqué par le génocide de la fin des années 70.

 

Voyager gay à...
veuillez choisir un lieu
Publicité
Publicité