Juin
25
2013

Bordeaux remise à flots
25 Juin 2013
par Matthieu Bouthier / TÊTU

Bordeaux remise à flots

«Froide et guindée.» Pour les clichés, vous êtes parfait. Mais Bordeaux, avec sa pierre blonde enfin révélée, c’est plutôt la dolce vita, l’accent british en plus, en bord de Garonne, le fleuve qui enfle deux fois par jour, au fil des marées. C’est là que la ville s’allonge. Rien n’y dépasse – pas même les immeubles, qui culminent rarement au-delà de quatre étages – car, ici, pour vivre heureux, vivons discrets...

 Alors quand le «port de la Lune», comme on appelle celui de Bordeaux, arrive en tête pour les lieux de sociabilité gay par habitant dans un classement réalisé par le magazine Têtu, c’est sans tapage. En plein centre, face à la mairie, la terrasse du BHV (le bar de l’hôtel de ville), désormais la plus ancienne adresse gay de la ville. Pas de rainbow flag flottant au vent, juste quelques tables où se retrouvent dès l’apéro des garçons qui vont dans la rue deux par deux. Un peu plus d’exubérance et de visibilité au Trou Duck ou au Go West. Mais de parade, fi.

 «J’ai gardé le secret sur l’indicible», écrivait François Mauriac dans ses Mémoires intérieurs. L’écrivain bordelais, Nobel 1952, outé dans une récente biographie(1), avait tout pigé. Car, de toute façon, dans cette ville où tout est permis, nul besoin d’estampille gay pour enlacer sa moitié. Les amoureux pourront boire la vie en rouge autour d’une table en terrasse rue du Parlement-Saint-Pierre… La Ccomtesse (ce n’est pas une coquille !), le Cafécito ou le Cafécity se dégustent parfaitement en cépage gay-friendly. Tout le quartier Saint-Pierre attend les assoiffés et les affamés. Plus loin, la place Fernand-Laffargue fait le plein du matin au soir (tard). Les fêtards arty se satellisent autour de la terrasse de l’Apollo, l’un des top-spots du port de la Lune. La nuit, les boîtes du quai de Paludate ou des Bassins à flots font le plein eux aussi. Mais du soir au matin.

Bordeaux myGayTrip.com
Place de la Bourse © Office de tourisme de Bordeaux / T. Sanson 

Soleil levé, les marchés des Chartrons ou des Capucins sont l’alternative aphrodisiaque – huîtres et vin blanc – aux brunchs branchés du CAPC-musée d’art contemporain (rue Ferrère) ou de l’Orangerie (jardin public). Puis, pour votre ravalement de façade, mirez-vous comme la place de la Bourse et la fontaine des Trois Grâces dans la plus grande psyché qui soit: le miroir d’eau, 6000 mètres carrés d’une pellicule liquide, réfléchit la plus sublime place 18e siècle du sud de la Loire. Et là, Bordeaux, c’est quand même beau.

Les Bordelais? Pas mal non plus: il paraît que du sud et de l’Espagne, ils ont le poil dru, la peau chaude et le teint caramel. De l’Atlantique, le souffle et la fougue. De l’Angleterre, la retenue. Ici, les baisers des garçons ont le salé de l’Océan, le fruité d’un pomerol, le vanillé d’un cannelé. Menu servi à troisheures de TGV de Paris… 

(1)Mauriac intime, de Jean-Luc Barré, Fayard

Gardons le contact

Instagram Facebook Twitter

O√Ļ que vous alliez, n'oubliez pas de nous retrouver sur Instagram, Facebook and Twitter et partagez vos photos de voyage en utilisant le hashtag #ExperienceYourPride. Nous partagerons les meilleures photos avec notre communaut√© mondiale de voyageurs LGBT! Partagez votre exp√©rience d‚Äôh√īte ou vos bons plans √† propos de votre ville, et tournez une vid√©o pour mettre en avant votre logement. Int√©ress√© ? Envoyez nous un email √† stories@misterbandb.com et nous vous recontacterons.

Publicité
Publicité