Juil
09
2013

Sitges ¡ qué calor !
09 Juil 2013
par Thierry Beaurepère / TÊTU

Sitges ¡ qué calor !

La réputation de Sitgès n’est plus à faire. Son premier bar gay, El Horno, a ouvert dès 1968 et, depuis trois décennies, on vante l’atmosphère gay-friendly du village catalan, qui n’en est plus un puisque sa population dépasse aujourd’hui vingt-cinq mille habitants.

Bien sûr, toute la ville n’est pas envahie par des hordes de gays trépidants dès les premiers jours du printemps. Mais dans le vieux centre, les valeurs sont inversées : l’homosexualité semble être la norme, l’hétérosexualité l’exception !

Pour les milliers de garçons qui débarquent ici chaque année, l’heure du marathon a sonné, une course trépidante placée sous le signe des célèbres trois « S » si chers aux Bronzés : « sea, sex and sun » !

« Sea and sun » pour commencer, car, bien sûr, on vient ici d’abord pour la plage. Sitgès en compte 17 réparties sur 18 kilomètres, petites criques ou longues langues de sable. Avantage de la station catalane comparée aux autres spots gays européens : tout y est concentré sur quelques centaines de mètres carrés.

sitges gay beach
La plage gay du centre ville de Sitges © DR

Ici, la plage gay de Bassa Rodona est au cœur de la ville, juste de l’autre côté de l’agréable promenade de la Ribera. Les mecs, de tous styles et de tous âges, prennent le soleil sur ce joli ruban de sable coincé entre deux digues de pierre. Mais le centimètre carré y devient si précieux durant l’été qu’ils débordent aisément sur les plages voisines. Pour mater et faire des rencontres, l’endroit est parfait.

Est-ce par manque de place que tant de fiers hidalgos aux corps musclés et huilés préfèrent rester debout ? À 5,50 € la journée, on peut pourtant louer un transat sans se ruiner… C’est néanmoins à même le sable qu’on est le mieux. Parce qu’il est chaud et fin, bien sûr. Mais surtout parce que c’est à hauteur de cette mer de fesses bombées et de paquets moulés que le spectacle est le plus alléchant.

Vous détestez le textile ? La plage naturiste (et mixte) de Las Balmins, elle aussi urbaine, « se cache » un peu plus loin, au milieu des rochers. Elle se mérite : il faut dépasser l’église Sant Bartomeu, longer un cimetière marin et filer droit en direction de la marina pour la dénicher, soit une vingtaine de minutes de marche sous le soleil.

Quant à la plage naturiste gay (Playa del Muerto), il faut compter près d’une heure à pied en direction du sud, au-delà du Club Atlantida, pour la dénicher. Le prix à payer pour une petite crique où les galets sont nombreux. Quel intérêt alors me direz-vous ? La tranquillité évidemment, et la pinède qui borde la plage, et dans laquelle on ne fait pas que prendre un bol d’air !

Sitges gay nude beach
A une heure à pied du centre ville, la plage gay isolée de Sitges © DR

L’happy hour sonne la fin de la récré. À Sitgès, bars et boutiques ont investi de nombreuses rues du vieux centre. Et pas besoin de rainbow flag : ils sont nombreux à s’afficher gay-friendly. Écrasée par la chaleur de l’après-midi, la petite Plaça del Cap de la Vila retrouve une délicieuse fraîcheur avec la fin du jour. C’est là que se fixent les rendez-vous calés sur smartphone, au pied de l’immeuble moderniste del Rellotge que n’aurait pas renié l’architecte barcelonais Gaudí.

Dans les ruelles piétonnes qui ondulent tout autour de la place, 450 boutiques climatisées attendent que les premiers clients fassent chauffer leur carte. Pas de grandes enseignes internationales (pour cela, il y a Barcelone, à une demi-heure de train), mais quelques magasins de déco (comme Loft, rue Parellades) et surtout de mode qui méritent qu’on pousse leurs portes, comme Laguna Beach Shop (rue Sant Josep) ou ES4U (rue Sant Pere).

Place au deuxième « S » du fameux « sea, sex and sun » ! Bars pour gym-queens, bears ou fashion addicts, avec drag-show, go-gos ou strip-show, soirées naturistes ou masquées… Il vous faudra bien une semaine pour tous les écumer.

D’autant que certains sont équipés de dance-floors et hébergent des DJs résidents, comme XXL, Orek’s, Bourbons, Prinz ou Queenz, et que la fête déborde dans les rues, pour des nuits à l’espagnole qui ne semblent pas vouloir finir. Mais, patience : ces bars ne s’animent jamais avant 2 heures du matin. Il convient donc d’abord de s’occuper, attablé à la terrasse d’un restaurant.

Avec une telle ambiance, les « vrais » clubs sont finalement plutôt rares : Organic et New Trailer avec ses soirées mousse (voir photo ci-dessous). Surtout, ils sont déserts jusqu’à 4 heures du matin. Il faut donc commencer la soirée mollo pour être en état de les tester.

sitges trailerEn revanche, pas question de rater la GBP (Gay Beach Party, pour les non-initiés), « la » soirée de Sitgès. Depuis la fermeture définiive de l'Atlantida, ce club éphémère installé en plein air et en bord de mer, elle se déroule désormais le jeudi soir au Sweet Pacha Sitges.

Il va sans dire que le débardeur y est optionnel. Le reste aussi, parfois ! Dans la moiteur des nuits catalanes, les regards se font insistants, les corps se frôlent et se mélangent rapidement… Caliente !

Retrouvez toutes les adresses gay et gay-friendly de Sitges dans le guide gay de Sitges

 

Gardons le contact

Instagram Facebook Twitter

Où que vous alliez, n'oubliez pas de nous retrouver sur Instagram, Facebook and Twitter et partagez vos photos de voyage en utilisant le hashtag #ExperienceYourPride. Nous partagerons les meilleures photos avec notre communauté mondiale de voyageurs LGBT! Partagez votre expérience d’hôte ou vos bons plans à propos de votre ville, et tournez une vidéo pour mettre en avant votre logement. Intéressé ? Envoyez nous un email à stories@misterbandb.com et nous vous recontacterons.

Publicité
Publicité