Nov
21
2010

Rouen veut changer d’ère
21 Nov 2010
par Elliot Clairaut / TÊTU

Rouen veut changer d’ère

En 2003, le film d’Olivier Ducastel et Jacques Martineau, "Ma vraie vie à Rouen", racontait l’éveil des sentiments d’un jeune gay dans la patrie de Flaubert et Corneille. Rouen, ville gay ? La réalité apparaît bien plus contrastée. La cité aux cent clochers a vu ces dernières années plusieurs de ses bars gays mettre la clé sous la porte (Tenden’s, B-Side, Insolite, Miss Marple, Coq’s Café) et son tissu associatif a également souffert. La proximité de Paris, le développement des chats sur internet et la crise ont considérablement transformé la vie gay rouennaise.

Cependant, un bar demeure inoxydable, le XXL. L’établissement historique reste le centre de toutes les rencontres notamment le mercredi lors de la soirée « you've got a message », le chat version réel. Le week-end, le XXL avec sa piste de danse fait le plein jusqu'à 5h du matin ! En effet, il n’existe pas de boîte exclusivement gay à Rouen. Toutefois, quatre discothèques se revendiquent gay-friendly. Côté sexe, l’offre semble démesurée avec deux saunas (Les Trois Colonnes et Le Square) et trois sex-clubs, notamment Le C, situé dans… un ancien cinéma porno hétéro !

Un lieu de drague incontournable en centre-ville : le square Verdrel. Sur les petits chemins, les visiteurs du soir font frissonner les buissons. Les quais de Seine rive droite sont également propices aux rencontres furtives. Par ailleurs, les forêts de l'agglomération rouennaise (Le Madrillet, La Londe) constituent des endroits de drague dangereux. Elles ont été le théâtre, en 2009, d'une agression homophobe qui a marqué les esprits.

Des PACS en mairie
Lieux d’affirmation de l’identité gay et lesbienne, les associations tentent de se renouveler dans l’agglomération normande. En 2009, sous la pression du Collectif Comme Ça, Valérie Fourneyron, la nouvelle maire socialiste cède : Jean et Jean-Jacques sont les premiers à bénéficier d'une cérémonie du PACS en mairie. Depuis, faute de président(e), l'association historique s'est mise en sommeil. A deux reprises, des associations (Homogène et l'Arche) se sont montées précipitamment pour ne pas voir disparaître la gaypride à Rouen. À noter, par ailleurs, le succès d’Axel, qui offre un espace de parole aux femmes et les accompagne dans leurs démarches administratives, du pacs à l’insémination artificielle.

Retrouvez toutes les adresses gay et gay-friendly de Rouen sur le guide gay de Rouen

Voyager gay à...
veuillez choisir un lieu
Publicité
Publicité