Aidez-nous à continuer à créer un  monde plus accueillant : participez à notre campagne de financement participatif (à partir de 100$) et devenez investisseur de misterb&b !

En savoir +
juin
06
2013

Week-end à Valence
06 juin 2013
par Stéphane Jaladis / TETU

Week-end à Valence

Vendredi soir
Trente minutes suffisent pour relier en métro l’aéroport au centre-ville de Valence, et l’hôtel Chill Art Jardín Botánico (station Àngel Guimerà) localisé près du barrio del Carmen  (El Carme en valencien), le quartier animé de la ville, par ailleurs très gay-friendly. Ce boutique-hôtel dispose de 16 chambres design et confortables dont 4 dotées d’un gigantesque lit...

En quelques minutes à pied, on rejoint la plaza de la Virgen, lieu emblématique de la ville, entourée par la basilique de la Virgen de los Desemparados, la cathédrale de Santa María et, un peu plus loin, le palais de la Région. Au loin, le Miguelete, le monument symbole de Valence.

Le ventre creusé par le voyage, optez pour Lalola, restaurant gay au décor pop. Poursuivez par une première balade afin de vous repérer dans le quartier historique encore illuminé. Vos pas vous conduiront jusqu’au Café de la Seu, bar à l’ambiance chaleureuse avec sa clientèle gay de tous les âges. Les Espagnols y parlent fort en sirotant des cocktails, apportés par un petit serveur mignon en diable.

Quelques ruelles plus loin, l’ADN est le lieu idéal pour danser et boire une ou deux cervezas. Dans ce bar de nuit, quelques minutes suffisent pour se lier avec la faune locale…

Samedi matin
Il est très facile de se déplacer en vélo à Valence grâce au ValenbiSi, l’équivalent du Vélib’ parisien. Le must reste toutefois de louer un solide deux-roues livré directement à l’hôtel. Commencez alors la journée par l’Institut Valencià d’art moderne (Ivam) pour découvrir l’avant-garde artistique espagnole.

Valence Oceanografic
Oceanogràfic © Stéphane Jaladis

Poursuivez par les jardins du Turia aménagés dans l’ancien lit du fleuve, détourné après la terrible crue de 1957. Ce parc qui serpente à travers la ville est très prisé des Valenciens : on s’y promène, on y court et on y drague même pour les gays près du Paseo de la Alameda. Ses allées mènent à la Cité des arts et des sciences aux lignes futuristes, dessinées par l’architecte Santiago Calatrava, l’enfant du pays.

Filez aussi à l’Oceanogràfic (photo ci-dessus) pour admirer le ballet des bélugas et le show des dauphins. Mais aussi pour déguster une succulente paella, la spécialité locale, au Submarino, le restaurant design aménagé dans les profondeurs du parc aquatique. Vous resterez captivé par les milliers de poissons tropicaux engagés dans une course sans fin dans l’immense aquarium circulaire entourant la salle.

Samedi après-midi
Pour digérer et faire une petite sieste comme il se doit ici, pédalez jusqu’à la plage de las Arenas située près de la marina royale qui accueillit l’America’s Cup 2007. Bordée de palmiers et de restaurants, l’immense bande de sable, bondée l’été, s’apprécie en avant et arrière-saison quand il devient possible de poser sa serviette et de se jeter dans l’eau en toute tranquillité. Quelques beaux Espagnols se dorent au soleil, les gays ayant leurs habitudes après le poste de secours n° 3.

Au retour, les pistes cyclables des jardins du Turia vous mèneront, au choix, au musée des Beaux-Arts ou au Magnus Sauna. À chacun ses priorités : la magnificence de la peinture classique espagnole ou les chaleurs du hammam pour quelques sympathiques rencontres…

Samedi soir
Les festivités commencent au Q Art, bar-restaurant situé à proximité de l’hôtel et de la porte Torres de Quart, témoignage des anciens remparts de la cité. Quelques drag-queens y font régulièrement le show !

Valence possédant d’excellentes tables, testez Seu Xerea dont la cuisine inventive met en vedette les produits de la Méditerranée : poissons de roche, baudroie, cigales… Vers minuit, direction le Deseo 54. Repère de la jeunesse branchée, cette institution est cependant loin d’accueillir une clientèle exclusivement gay.

Crise oblige, la scène homo a un peu décliné dernièrement avec la fermeture d’endroits comme le club La Goulue ou le café gay La Cueva del Oso. Autre option pour danser comme un fou, le Venial, une boîte bondée de mecs très lookés. Pour continuer la soirée, direction l’Openboy, un bar-club avec des rendez-vous thématiques (cuir, dark…). Enfin, incontournable si vous recherchez l’ultime frisson, le Nuncadigono (« Je ne dis jamais non ») : bar, slings, douches, backrooms, glory holes, cabines , labyrinthes à recoins, tout est là pour une nuit de plaisirs !

Dimanche matin
La journée débute par une visite du centre historique où s’entremêlent les styles architecturaux. La cathédrale est à elle seule un mélange de trois époques avec ses portes romane, gothique et baroque. En sortant de sa salle du trésor où le Saint-Graal est exposé depuis 1437 dans une coupe en agate, ne loupez pas les deux gigantesques tableaux de Goya, l’un représentant une incroyable scène d’exorcisme.

La balade se poursuit par le musée de la Céramique logé dans un étonnant palais d’albâtre au porche rococo. Faites ensuite un nouveau bond dans le temps avec la Lonja (Llotja en valencien), splendeur gothique du 15e siècle, âge d’or de Valence. Il suffit de traverser la rue pour s’engouffrer dans l’immense marché central, explosion de couleurs et de parfums en provenance de ses 1 200 étals ! C’est le moment de faire provision d’Agua de Valencia (jus d’orange, champagne local, vodka, gin), d’huile d’olive ou de jambon de bellota.

Ainsi mis en appétit, il ne reste plus qu’à courir déguster la cuisine raffinée du chef Quique Barella de l’Alto de Colón. Son restaurant chic a la particularité d’être situé dans l’ancien marché Colón, à l’architecture tout en mosaïque de 1917 influencée par le style de Gaudí.

Dimanche après-midi
Après manger, on part faire un tour sur la côte au sud de Valence. C’est ici que se trouvent deux plages gays, Playa de Pinedo et, plus loin, Devesa del Saler. Attention, elles sont éloignées du centre-ville. Avant de revenir à l’aéroport, faites une pause sous les ors et mosaïques du vieux décor d’El Siglo pour siroter une horchata, spécialité locale réalisée à partir d’un fruit proche de l’amande, le souchet.

Essayez aussi la crema de horchata, un régal. En face, la Horchatería Santa Catalina, grande rivale d’El Siglo. Ici, essayez les fartons (petits pains briochés) qu’on trempe dans la horchata, granitée ou pas. Miam, miam.

Gardons le contact
Instagram Facebook Twitter

O√Ļ que vous alliez, n'oubliez pas de nous retrouver sur Instagram, Facebook and Twitter et partagez vos photos de voyage en utilisant le hashtag #ExperienceYourPride. Nous partagerons les meilleures photos avec notre communaut√© mondiale de voyageurs LGBTQ ! Partagez votre exp√©rience d‚Äôh√īte ou vos bons plans √† propos de votre ville, et tournez une vid√©o pour mettre en avant votre logement. Int√©ress√© ? Envoyez nous un email √† stories@misterbandb.com et nous vous recontacterons.

Publicité
Voyager gay à...
-
Publicité