Avr
13
2014

Strasbourg entre deux eaux
13 Avr 2014
par Cédric Douzant / TÊTU

Strasbourg entre deux eaux

Difficile, voire impossible, de résister à Strasbourg. Ses charmes surprennent au coin de chaque rue. Il y a évidemment sa cathédrale, mystérieuse et majestueuse, qui domine la ville et enivre tous les regards, les étroites ruelles médiévales qui conduisent à des lieux hérités de l’époque allemande. Il y a aussi cette étrange atmosphère surannée et romantique, notamment lors du marché de Noël. Mais Strasbourg vit au-delà de ces cartes postales brumeuses ou clignotantes, et, quand la nuit tombe, ses habitants sont habiles pour prendre possession de ce patrimoine exceptionnel et lui donner vie.

Le centre n’est pas confiné à quelques spots, les bars, restos et attroupements de noctambules se déploient sur des dizaines de rues et plusieurs quartiers. Pourtant, côté gay, la ville reste timide et la communauté apparaît comme orpheline d’endroits fédérateurs et incontournables. La pénurie de spots gays s’est encore aggravée ces derniers mois avec la disparition du JJ’s Club, mais aussi du restaurant Le Woodies. Côté clubbing, le Tribord est devenu le Zen Club et n’est plus vraiment friendly. Mais un renouveau est peut-être en train de se profiler.

Foisonnement associatif
Premier signe: l’ouverture récente d’une nouvelle boîte, le So-Divine, qui laisse fièrement flotter à l’entrée deux grands rainbow flags, tranchant avec la grisaille du quartier des Halles. Sa patronne l’avoue, ouvrir un bar homo de trois étages était un pari risqué. Mais il semble en passe d’être réussi, et ce nouveau bar, qui divise toute la communauté, commence à se constituer une clientèle régulière et très mixte.

Autres preuves de la vitalité de la vie gay strasbourgeoise: le foisonnement d’associations, le succès de la gay pride et des quelques soirées homos organisées dans la ville. Le mercredi, le Golden Gate, petit bar cosy et friendly de la Petite-France, se remplit et devient 100% homo grâce à sa soirée «Poste». Strasbourg peut aussi satisfaire les fans de plans plus chauds, grâce au cruising bar, l’Antr’acte, ou dans ses saunas, l’Equateur ou le H2O.

Même s’ils sont loin de profiter du milieu le plus dynamique de France, les gays de Strasbourg ne se condamnent pas à rester chez eux. C’est tout le centre-ville qu’ils ont investi et ils se retrouvent un peu partout, sans que leur présence soit contrariée ou leur visibilité freinée. Surtout, les plus communautaristes ont un refuge tout trouvé à quelques kilomètres: l’Allemagne. De l’autre côté du Rhin, au Glouglou Bar à Kehl et dans les nombreuses boîtes friendly de cette petite voisine, ou au Tabu Gay Club à Offenburg, ils trouveront les spots qui font encore défaut à leur ville.

Retrouvez toutes les adresses gay et gay-friendly de Strasbourg dans le guide gay de Strasbourg

Gardons le contact

Instagram Facebook Twitter

Où que vous alliez, n'oubliez pas de nous retrouver sur Instagram, Facebook and Twitter et partagez vos photos de voyage en utilisant le hashtag #ExperienceYourPride. Nous partagerons les meilleures photos avec notre communauté mondiale de voyageurs LGBT! Partagez votre expérience d’hôte ou vos bons plans à propos de votre ville, et tournez une vidéo pour mettre en avant votre logement. Intéressé ? Envoyez nous un email à stories@misterbandb.com et nous vous recontacterons.

Publicité
Publicité