Mai
26
2011

Ysa Ferrer : "Saint-Pétersbourg est une ville très romantique !"
26 Mai 2011
par Jordan Grevet

Ysa Ferrer : "Saint-Pétersbourg est une ville très romantique !"

La chanteuse se produira à Lille et à Lyon avant de revenir sur la scène parisienne de l'Alhambra le 25 juin, jour des célébrations de la gay pride – ce qui n'est pas un hasard selon l'intéressée, très engagée pour la communauté LGBT.

A l'occasion de son imminente tournée, et alors que son quatrième album, "Ultra Ferrer", est toujours dans les bacs, celle que l'on surnomme la Kylie Minogue française a accordé un entretien à myGayTrip.com. Ysa Ferrer revient notamment sur son dernier album, son spectacle mais aussi son engagement pour la communauté gay. Elle nous parle également de ses destinations favorites et nous livre ses bonnes adresses !

 

"Etre ultra, c'est s'assumer tel qu'on est jusqu'au bout"

 

Jordan Grevet : Votre nouvel album s'appelle "Ultra Ferrer". C'est quoi, pour vous, être ultra ?
Ysa Ferrer : Etre ultra, c'est aller au bout de ce qu'on a envie de faire sans se mettre de barrière. J'en avais fait une chanson sur mon album précédent qui s'appelait "Sens interdit". Je n'avais pas envie de me limiter à un certain style, à une certaine couleur musicale. Je voulais faire tout ce dont j'avais envie de faire. Etre ultra, c'est ça : s'assumer tel qu'on est jusqu'au bout.

JG : Qu'avez-vous voulu faire sur ce nouvel opus ? En quoi est-il différent des autres ? 
YF : Je ne pense pas qu'il soit différent. Je pense que c'est la continuité d'"Imaginaire pur". Maintenant, il y a ce côté "ultra", où je n'ai absolument pas voulu me brider. Je pars dans un côté un peu plus pop-techno, il y a aussi de la pop-dance, de la pop-rock mais aussi des ballades. Quand je construis un album, j'aime bien que ça raconte comme une petite histoire et que ça amène l'auditeur dans une sorte de voyage musical, avec une introduction, puis je me ballade dans plusieurs styles et je finis avec une conclusion.

Ysa Ferrer Bobino

JG : Peut-on dire tout de même qu'il y a une évolution par rapport à vos albums précédents ?
YF : Oui, j'espère. Une évolution musicale déjà, on s'améliore toujours, c'est normal avec le temps. On murît, les sujets aussi, la couleur musicale aussi. J'espère que je me suis enrichie et que je continuerai à la faire au fil des compositions et des sorties d'albums.

JG : Vous avez collaboré sur le titre "French Kiss" avec Chew Fu, qui a notamment travaillé avec Lady GaGa et Rihanna. Est-ce une manière pour vous d'aller dans la même direction musicale que ces chanteuses ?
YF : Pas nécessairement. C'est surtout pour essayer de toucher quelque chose que, pour l'instant, on ne sait pas bien faire en France et même moi personnellement. Avec Daniel Castano, l'auteur-compositeur qui travaille avec moi, on avait envie de donner à l'album de vraies couleurs dance. Tant qu'à faire, on s'est dit qu'il fallait y aller à fond alors on est allés voir quelqu'un qui faisait vraiment de la dance.

 

"Mon spectacle ? Un vrai show à l'américaine !"

 

JG : D'une manière générale, quelles sont vos influences ?
YF : J'écoute de tout, j'ai des goûts très éclectiques. Je ne peux pas vraiment dire que je suis influencée par un artiste en particulier. J'aime beaucoup Kylie Minogue. On me compare souvent à elle en disant que je suis la Kylie Minogue française. Pour moi, c'est un énorme compliment ! Madonna, j'aime beaucoup aussi. Ces chanteuses, je me sens assez proche d'elles musicalement.

JG : Vous avez collaboré avec le célèbre bloggeur américain Perez Hilton, qui apparaît dans le clip de "Hands Up". C'est assez surprenant ! Comment ça s'est fait ?
YF : Perez a beaucoup aimé ma chanson "On fait l'amour". Il m'a contacté sur Twitter. J'ai une petite relation amicale avec lui. Lorsque je lui ai proposé de figurer dans le clip de "Hands Up", il n'a pas hésité une seconde ! C'est drôle. J'adore les gens comme lui qui ne se prennent pas la tête. On leur fait une proposition, ils craquent sur le projet et ils foncent !

JG : Vous débutez pour la première fois une tournée en France à partir en juin (à Lille le 4, à Lyon le 7 et à Paris le 25). En quoi vont consister les concerts ?
YF : J'avais envie de faire un vrai show à l'américaine. C'est une succession de tableaux avec des costumes, un vrai travail de lumières, de chorégraphies. J'ai quatre sublimes danseurs sur scène et des musiciens. Ce n'est pas simplement un concert où je me pose derrière un micro. C'est un vrai spectacle, un vrai show à l'américaine mais avec nos moyens (rires) ! C'est pour moi un rêve de petite fille d'arriver un jour à faire ce genre de scène avec une telle mise en scène. Je vais au bout de ce que j'avais envie de faire.

JG : Vous avez été révélée dans la série Seconde B sur France 2 et vous avez joué dans plusieurs films au cinéma au début de votre carrière. Vous comptez un jour revenir à la comédie ?
YF : J'aimerais bien. Quand j'ai arrêté Seconde B, j'ai arrêté le métier de comédienne par la même occasion car on me proposait toujours les mêmes rôles. J'avais un personnage, toujours le même, et on ne changeait que son prénom. C'était très cloisonné. J'avais l'image de la petite beurette de service. Au début, elle était plutôt prostituée, après elle faisait des études pour devenir avocate ou journaliste. C'était très réducteur.

ysa ferrer

JG : Et si on vous proposait un projet qui vous plaisait, vous diriez oui ?
YF : Absolument, je foncerais ! Ca me manque. Pour moi, la comédie, c'est vraiment un deuxième métier même si ça n'a rien à voir avec la chanson. Entrer dans la peau d'un autre personnage, c'est drôle et j'adore ça.


"Des jeunes qui se suicident parce qu'ils sont gays, ça ne devrait pas exister"


JG : Vous avez tourné une vidéo pour la campagne américaine "It Gets Better", dont le but est de redonner courage aux jeunes gays maltraités qui voudraient se suicider. Pourquoi y avoir participé ?
YF : C'est Perez (Hilton) qui m'a demandé de la faire et je trouvais ça bien. C'est une cause qui me touche. Des jeunes qui se suicident juste parce qu'ils sont gays, je pense qu'à notre époque, ça ne devrait pas exister. Comment les autres jeunes peuvent-ils être aussi intolérants ? En tant que maman surtout, j'avais envie de prendre la parole.

JG : Avez-vous d'autres manières de vous engager pour la communauté LGBT ? Vous êtes une chanteuse très appréciée au sein de la communauté...
YF : Je fais mon concert parisien le jour de la gay pride (le 25 juin, ndlr). Ce n'est pas un hasard ! On défile la journée, on va voir un concert le soir et après on s'éclate en boîte, ça peut être plutôt sympa ! L'année dernière, j'ai aussi pris la parole à la fin de la marche des fiertés. J'ai fait un discours dans lequel je livrais mon ressenti. J'arrivais de Russie et là-bas, la gay pride, c'est impossible. J'ai également l'occasion d'intervenir pour l'association Le Refuge, qui aide les enfants en rupture familiale à cause de leur homosexualité.

 

"Saint-Pétersbourg est une ville très romantique !"

JG : Passons maintenant au questionnaire myGayTrip.com sur vos habitudes de voyage et vos destinations favorites... Première question : quels sont vos endroits préférés pour sortir à Paris ?
YS : Le Loir dans la Théière, dans le Marais, parce qu'il y a de très bons chocolats chauds et de bons gâteaux ! J'aime aussi beaucoup le glacier italien Amorino, je prends 14 parfums et j'adore !

JG : Une boîte préférée à Paris ?
YS : Je ne sors pas trop mais j'adore aller aux Follivores et aux Crazyvores. Je m'éclate ! D'ailleurs, je chanterai aux Follivores en octobre. Sinon, je vais au Queen de temps en temps.

JG : Quelle est la ville que vous préférez ?
YF : J'adore Los Angeles. Mon frère habite là-bas donc j'y vais régulièrement. Les grandes avenues, le climat, le côté happy, le côté too much, le côté "il y a un tournage à tous les coins de rue"... Très Hollywood ! Je pense que je ne pourrais pas y vivre mais je ne me suis pas encore lassée de Los Angeles. Une autre ville que j'adore, c'est Tokyo. J'ai complètement flashé sur cette ville quand j'y suis allée, ça a été un coup de cœur. Je faisais du Japonais et j'avais vraiment envie d'aller là-bas pour m'imprégner du pays et je n'ai pas été déçue ! J'ai très envie d'y retourner.

JG : Quelle est, selon vous, la meilleure ville pour faire la fête ?
YF : Je crois que Paris, c'est pas mal. On m'a beaucoup conseillé Barcelone mais je ne connais pas.

JG : Dans quelle ville trouvez-vous qu'il y a le plus de mecs mignons ?
YF : Los Angeles, c'est pas mal dans le genre, même si c'est parfois un peu surfait (rires) ! En tout cas, ce n'est pas en Russie car j'y vais beaucoup et il y a de très jolies filles mais alors les mecs... Vraiment pas top ! J'aime bien les gens typés latins donc je pense que je trouverais des mecs très mignons en Espagne, en Italie, etc.

JG : Quelle est, selon vous, la ville idéale pour tomber amoureux ?
YF : Une ville en Italie... Florence ou au sommet de l'Etna, en Sicile, un truc un petit rigolo ! C'est avant tout le romantisme qui prime. Sinon, à Saint-Pétersbourg pendant les nuits blanches. Il y a une ambiance particulière dans la ville à ce moment-là et je trouve ça très romantique.

JG : Quelle est pour vous ville la plus gay-friendly du monde ?
YF : San Francisco, où le quartier gay est important. J'ai bien aimé. Mais il y en a certainement plein d'autres !

 

"Je suis très gri-gri !"


JG : Quel objet emmenez-vous toujours avec vous lorsque vous voyagez ?
YF : Un porte-bonheur japonais. C'est une toute petite enveloppe en tissu que ma professeur de japonais m'avait offerte et il y a un message à l'intérieur mais il ne faut surtout pas le lire sinon ça ne marche plus (rires) ! Je suis très gri-gri !

JG : En avion, vous êtes plutôt couloir ou hublot ?
YF : Hublot, tout simplement parce que j'y dors mieux. J'ai horreur que les gens me dérangent (rires) ! Là, je peux m'installer et regarder à l'extérieur.

JG : Votre conseil de voyage numéro un ?
YF : Se laisser tenter par des coups de cœur et partir à l'aventure, plutôt que de faire des voyages organisés où tout est un peu trop surfait. J'aime bien découvrir une ville sans ne rien savoir dessus. Simplement prendre l'avion et me débrouiller une fois sur place. Il y a un petit côté aventurier que j'aime bien.

JG : Quand est votre prochain voyage et où ?
YF : Je pars à Moscou à la fin du mois pour faire un concert. J'y reste 2-3 jours.

JG : Quelle est votre destination de rêve ?
YF : Je ne suis jamais allée en Polynésie et j'aimerais bien. J'ai voyagé pas mal mais je ne connais pas cette région du monde et je pense que ça me plairait. Ce serait détente, détente et détente !

 

Ysa Ferrer en concert le 04 juin au Splendid à Lille, le 07 juin au Ninkasi Kao à Lyon et le 25 juin à l'Alhambra à Paris.
Réduction de 6 euros si vous réservez vos places avec le code promo MYGAYTRIP sur le site officiel d'Ysa Ferrer

En bonus, découvrez le clip de "French Kiss", premier single issu de l'album "Ultra Ferrer", et le clip de "Hands Up" avec la participation de Perez Hilton : 

Stay Social

Instagram Facebook Twitter

Wherever you're headed, don't forget to add us on Instagram, Facebook and Twitter. Follow us for exclusive content, special offers and to share your travel pictures using the hashtag #ExperienceYourPride. We love seeing what you get up to on your misterb&b vacation and we'll share the best pics with our global LGBT travel community!

Publicité
Publicité