Oct
25
2012

Chris Marquès : « Je voyage toujours avec mon sèche-cheveux ! ».
25 Oct 2012
par myGayTrip.com

Chris Marquès : « Je voyage toujours avec mon sèche-cheveux ! ».

Entre deux primes, rencontre avec Chris Marquès, l’emblématique juré de « Danse avec les Stars », qui sort tout juste un DVD de cours de danses latines.

Chris Marquès, triple champion du monde de salsa, est surtout depuis deux saisons membre incontournable du jury de « Danse avec les Stars », l’émission phare de TF1. A coups de « Incroyablissime ! », « superbissime ! », « génialissime ! », il juge chaque samedi soir les talents de danseurs d’Amel Bent, Emmanuel Moire ou Lorie. Pour aller plus loin,  il s’invite désormais dans votre salon avec un DVD de cours de danses latines. C’est à cette occasion que myGayTrip.com l’a rencontré et a demandé à ce globe trotter de partager quelques unes de ses  destinations favorites et quelques conseils de voyage.

Paré au décollage ? Ca va swinguer !

myGayTrip.com : Les Français vous connaissent surtout comme juré de « Danse avec les Stars », votre joie de vivre et votre coiffure. D’où venez vous ?
Chris Marques : J’ai grandi en Alsace. Mes parents sont portugais et espagnole. J’ai commencé à danser très tard à l’âge de 13 ans, pensant surtout que ça allait me permettre de rencontrer des filles. Mais ma première heure de cours a été un moment de magie totale, un moment étrange où je me suis dit que je voulais devenir danseur, que c’est ce que je voulais faire de ma vie.

A 17 ans, je voulais travailler avec les meilleurs coachs, directeurs et metteurs en scène du monde alors je suis parti à Lyon puis à Londres, où je vis depuis 16 ans. Au départ, je faisais de la compétition de danse sportive et puis je me suis senti étouffer dans ce monde et j’ai décidé d’évoluer vers ce qui me plaît vraiment, la scène, le spectacle, la mise en scène.

Comment êtes vous devenu juré de « Danse avec les Stars » ?
En 2004, la version originale, « Strictly Come Dancing » a démarré sur la BBC. A l’époque, ils ont fait appel à moi comme consultant, spécialiste de danses de salon. Rapidement, ils m’ont demandé de créer une chorégraphie où pour la première fois, des célébrités et des danseurs professionnels danseraient ensemble. Je l’ai fait, ça a fonctionné et depuis, ça continue. Quand TF1 a racheté le format pour la France, ils m’ont d’abord proposé d’être le directeur artistique. Et puis au bout de quelques jours ils mont dit « Bon Chris, je crois qu’on va te mettre à l’antenne; parce que cette coupe de cheveux… » (rires)

Qu’est ce que ça a changé pour vous ?
Tout ! J’avais déjà une carrière que je considérais personnellement comme « à succès » en Angleterre. Je faisais des tournées avec des orchestres symphoniques. Je travaillais sur des projets totalement différents les uns des autres. Je m’amusais énormément. Mais quand je suis venu en France pour « Danse avec les stars », tout ce bonheur a été multiplié par 10 !

Comment expliqueriez vous le succès de l’émission ?
La beauté du format c’est de présenter des candidats populaires, qui ont une vraie relation avec leur public et de montrer que si ces personnes peuvent se laisser aller ainsi à la danse, leur public aussi peut le faire. Et le public découvre ces stars sous des facettes inédites, chez elles, en studio, en plein travail, dans l’effort... Il découvre leur vulnérabilité et je crois que c’est ce qui est intéressant.

Quels sont vos favoris pour cette année ?
Pas de favoris. Mais on a quand même 3 ou 4 candidats qui se détachent du lot. Estelle Lefébure, très belle, elle a un don pour la danse, et ce n’est pas évident quand on est aussi grand. Lorie est techniquement incroyable mais elle manque encore un peu d’émotion et de relâchement. Amel Bent est tout le contraire, elle se laisse aller complètement, les émotions jaillissent et elle est formidable à voir. Enfin Emmanuel Moire : c’est un plaisir de travailler avec lui. C’est comme s’il mettait toute son énergie artistique et émotionnelle dans la danse.

Que pensez vous du cliché qui veut que les danseurs soient gays ?
Dès que j’ai commencé à danser, j’ai eu droit à cette étiquette : « La danse c’est que pour les gays ». Mais ma famille était très cool, ils ont laissé dire, ils s’en moquaient: « on a le droit d’être qui on est, et puis voilà ! ». Donc pour moi ça s’est très bien passé et je trouve qu’il n’y a plus de place aujourd’hui pour ce genre de clichés. On est ce qu’on est. C’est plus de l’ordre du fantasme que de la réalité finalement.

Votre look, votre exubérance, est-ce un personnage créé pour la danse?
Je suis habillé comme ça tous les jours. C’est moi. J’aime les belles fringues, le style, l’attention portée aux détails, le design et je trouve qu’il est important d’essayer de se « sublimer ». Je ne dis pas que je suis sublime (rires)… Mais pourquoi ne pas essayer de se sublimer tout le temps ? Cela nous rend un peu plus heureux, un peu plus confiant. Tous les jours je suis comme ça. Je me couche même avec une cravate (rires).

Vous venez juste de sortir un DVD de cours de danse latine ?
En réalité, je n’ai quasiment jamais donné de cours car je me suis spécialisé très vite dans la mise en scène. Je ne donne des cours que lors de grandes manifestations, où je fais une animation de 15/20 minutes pour 500 ou 1 000 personnes.

Mais je vois l’impact positif que la danse a sur nos candidats. Physiquement et émotionnellement. Ils finissent très fatigués mais ils ont découvert quelque chose en eux, ils se sentent plus confiants. J’ai pensé que cela ne devrait pas être réservé à nos candidats.

Le DVD est donc basé sur cette idée : on commence chez soi, seul, ou avec des amis et on se fait une petite « soirée Chris Marques ». J’adore cette idée (rires). Vous apprenez des pas, vous vous sentez bien, vous gagnez en confiance et à partir de ce moment, vous pouvez aller danser dans des endroits publics, avec des gens que vous ne connaissez pas.

D’autres projets ?
Plein. J’aimerais bien monter beaucoup de spectacles en France et j’ai des idées de comédies musicales également. Mais pour le moment, j’aimerais vraiment voir si le public nous suit avec le dvd.

Que diriez vous à ceux qui vous comparent à Kamel Ouali ?
C’est très flatteur, c’est pour moi un des grands de la danse en France. Mais je fais tout à la sauce Marques donc ce sera très différent de Kamel.

Que diriez vous à ceux qui vous comparent à Kamel Ouali ?
C’est très flatteur, c’est pour moi un des grands de la danse en France. Mais je fais tout à la sauce Marques donc ce sera très différent de Kamel.

Vous avez vécu en France, puis à Londres… Dans quels pays/villes vous sentez vous le plus chez vous aujourd’hui ?
Je voyage tellement… Mais c’est vrai que Londres est une ville assez formidable. Il y a une énergie positive et « drivante » constante. J’adore la vie là-bas. Je m’y sens vraiment à l’aise!

Quelle ville ou pays vous ont le plus marqué durant tous vos voyages? Pourquoi ?
La Havane a été un vrai choc. J’avais été invité par un ambassadeur étranger et du coup, dès mon arrivée à Cuba, j’ai été suivi par la police secrète qui n’est pas si secrète étant donné qu’on les voyait clairement. Ca m’a vraiment choqué. Et en même temps, le peuple cubain a une joie de vivre assez incroyable. L’effet des danses latines, du rhum ou des mojitos sans doute (rires). C’est vraiment un beau pays. J’avais l’impression d’être dans une machine à remonter le temps quand une voiture des années 50 est venue me chercher a l’aéroport : je me demandais comment elle pouvait encore rouler… C’était assez génial.

Quel est l’objet que vous emmenez toujours avec vous en voyage ?
Mon sèche cheveux (rires). Je suis obligé ! En fait, j’ai une valise prête en permanence avec toute ma panoplie à l’intérieur : mes cravates, mon sèche cheveux, etc. Et toujours un bon livre !

Quelle est pour vous la ville où l’on sait le mieux faire la fête ?
Londres ! Et ça va peut-être vous paraître incroyable mais Glasgow, en Ecosse est une ville « énorme » pour faire la fête. Absolument énorme. Ils sont fous les Ecossais ! Franchement allez-y, et une fois sur place, laissez-vous simplement guider par la foule et vous verrez que vous terminerez à coup sûr dans la fête la plus incroyable de la ville.

Dans quels pays trouve-t-on selon vous les plus beaux danseurs ?
En danse de salon, il y a des danseurs incroyables qui viennent de Liverpool. Sinon, en général, les danseurs « superbissimes » viennent de Russie. Et finalement, les danseurs qui ont pas mal de charisme viennent des Etats Unis. Et après il y a Chris Marques qui vient d’un peu partout…(rires)

Quelle ville trouvez vous la plus gay-friendly ?
Evidemment Londres. On y est complètement relax. Londres génial. Barcelone, super. Ibiza, géniallissime. Je ne vais pas me prononcer sur Paris parce que je ne connais pas vraiment. Honnêtement, je ne me suis pas encore trop promené à Paris, je n’ai pas eu le temps.

Votre prochain voyage ?
Dubaï. Très joli, mais pas très gay-friendly. J’aime bien le luxe, alors je m’y sens bien. Les hôtels sont absolument « incroyablissimes » là-bas. J’aime bien le Royal Meridian Spa. C’est là où je me sens le mieux. Je n’ai jamais essayé l’Atlantis mais quant tu y vas, c’est toujours plein de familles partout, et mêmes si les familles sont géniales, si tu veux ton petit coin de paradis tranquille, ce n’est pas là qu’il faut aller.

Votre destination de rêve ?
Je pars prochainement à Sainte Lucie, au Body Holiday. C’est réputé pour être l’une des destinations spa et bien-être les plus incroyables au monde. Et j’ai hâte d’y aller. Pour me relaxer. On commence le matin avec du Yoga sur la plage, petit déjeuner en plein air… c’est parfait.

Là où vous aimez voyager en amoureux?
Je dois reconnaître que j’ai « a kind of soft spot » : New York. Mon hôtel préféré c’est Le Palace, dans Manhattan. Et c’est vrai que c’est « suberbissime ». Il faut absolument que j’essaye le W Hôtel également. Il y en a aussi à Paris, à Miami. Je ne les ai pas encore essayés mais tout le monde me dit que c’est absolument « génialissime ».

Enfin, pourriez vous faire partager aux lecteurs de myGayTrip.com une photo ramenée d’un de vos derniers voyages ?
C’est la photo de la grande mosquée de Brunei, où je me trouvais il n’y a pas longtemps. C’est assez joli.

Retrouvez Chris Marquès sur son site: www.chrismarques.com
Son DVD est disponible depuis le 15 octobre.

Gardons le contact

Instagram Facebook Twitter

Où que vous alliez, n'oubliez pas de nous retrouver sur Instagram, Facebook and Twitter et partagez vos photos de voyage en utilisant le hashtag #ExperienceYourPride. Nous partagerons les meilleures photos avec notre communauté mondiale de voyageurs LGBT! Partagez votre expérience d’hôte ou vos bons plans à propos de votre ville, et tournez une vidéo pour mettre en avant votre logement. Intéressé ? Envoyez nous un email à stories@misterbandb.com et nous vous recontacterons.

Publicité
Publicité