Nov
07
2012

Johan Akan : « Être gay et mannequin c’est très mal vu ».
07 Nov 2012
par Julien Chadeyron

Johan Akan : « Être gay et mannequin c’est très mal vu ».

Deux garçons qui s’embrassent à la une des Inrockuptibles cette semaine ? Le barbu, c’est lui ! Mais vous l’aviez peut-être aussi déjà vu en couverture de PREF, ou de TÊTU, nu dans les bras de Catherine Deneuve. Johan Akan, mannequin, ne vous laissera pas indifférents ! Pour vous, nous l’avons rencontré, autour d’un café.
Ce n’est pas sans appréhension qu’il se livre aujourd’hui en toute sincérité à misterb&b. Voyage autour du monde et au cœur du milieu de la mode. Découvrez ses destinations favorites, et les dessous d’un milieu pas si gay-friendly.

misterb&b : Comment es-tu devenu mannequin ?
Johan Akan : En 2005, après mes études de commerce j’ai pris une année sabbatique. J’ai été repéré dans la rue par l’assistant de Fred Farrugia, un grand maquilleur, qui était à Lyon pour le tournage de « Top Model 2005 ». Il m’a propose de tenter ma chance, de monter sur Paris et faire quelques photos, avec des personnes de confiance. J’ai dit oui. Quelques temps plus tard je signais en agence et j’avais gagné l’un de mes meilleurs amis. Dimitri.
Je suis monté à Paris et 5 mois plus tard mon agence m’appelait pour me dire que Galliano voulait de moi sur son défilé, ça a été mon premier podium.
Ma première pub s’est faite un an après. J’ai eu la chance que ce soit une pub « worldwide », avec un cachet assez important. C’était une expérience plutôt canon.

C’est ton vrai nom ?
Evidemment, non. Quand j’ai fait la couv’ de PREF pour la première fois, le site A Cause Des Garçons avait mixé mon prénom avec «Akan» qu’ils avaient probablement vu traîner quelque part sur internet, puisque c’était un nom que j’utilisais dans les adresses emails. Ils ont mixé les deux et ça a donné Johan Akan.

Tu as fait plusieurs fois la couverture de magazines gay français, comment ça s’est fait ?
La première fois c’était pour Pref. Il y avait deux couv’ et les gens devaient choisir : mon numéro a été le plus vendu (rire). En fait, comme c’était un magazine gay, mon agence m’avait demandé avant si j’étais OK, on en est encore là, et j’avais accepté. J’ai fait une deuxième couv’ pour Pref plus tard. Pour Têtu l’agence m’a aussi demandé... j’ai dit pourquoi pas. Ils m’ont dit que ce serait nu, j’allais pour dire non, et puis ils m’ont dit que ce serait avec Catherine Deneuve donc j’ai dit oui. Je n’avais jamais posé nu avant, en tout cas certainement pas avec Catherine Deneuve (rire). J’ai compris que ça allait avoir un impact.

Quand tu dis « on en est encore là » en évoquant les agences qui demandent l’accord des mannequins lorsqu’il s’agit de projets gays...tu veux dire quoi ? 
Avant d’accepter cette interview, je me suis demandé si je devais répondre en tant que Johan Akan, mannequin, ou si je devais être moi-même. Accepter, c’était finalement faire mon coming-out et jeter un pavé dans la marre. Ce n’est pas une révélation que de dire qu’il y a beaucoup d’homos dans la Mode et pourtant, être gay et mannequin c’est très mal vu: il vaut mieux être discret. J’ai bien conscience d’avoir pris un risque en acceptant de répondre à vos questions. Certains pensent encore qu’être gay peut avoir un impact sur la capacité du mannequin à jouer avec une fille par exemple. Je trouve ca tellement incompréhensible. Des clients demandent clairement aux agences si les mannequins sont hétéros pour leur campagne. Je trouve cela pitoyable et hypocrite que le monde de la mode joue activement ce jeu là ! Je ne pensais vraiment pas qu’en arrivant dans le mannequinat, je devrais cacher mon homosexualité alors que je l’acceptais parfaitement avant.

Tu n’as pas eu «peur» justement en acceptant de faire la couverture de magazines gays ?
La question fait partie du problème. Je me souviens avoir lu sur un forum quelqu'un qui disait, à propos de la couv’ avec Catherine « de toute façon elle ne risque rien avec un gay », et quelqu’un a répondu « c’est le magazine qui est gay pas le mannequin » ! Désolé, mais 99% des mannequins qui font Têtu ne sont pas gay. Donc non, je n’ai pas eu peur, j’étais flatté parce qu’en couv’ des magazines gay ils mettent des mecs dont la beauté parle au plus grand nombre.

En faisant ton coming-out qu’espères tu ?
Si déjà ça ne me porte pas préjudice ça montrera que ça a eu son petit effet.

Le site ACDG te place dans la lignée de Baptiste Giabiconi. Ca te fait plaisir ?
Je ne suis pas sur sa voix et je ne pense pas que ma carrière atteindra un jour la sienne. On a des ressemblances c’est certain. On est sur le même créneau, à l’opposé de cette mouvance des nouveaux mannequins qui ne plaisent pas au grand public. Et je trouve ça bien que quelqu'un comme Karl Lagerfeld ait pris sous son aile un vrai bogosse que les filles kiffent, et que les mecs...kiffent aussi. En plus d’être beau, il est gentil et pas trop pollué par tout ce qu’il est en train de vivre.

Après la pub, le mannequinat, d’autres projets ?
J’ai 29 ans cette année, même si je fais plus jeune, et qu’en me rasant je fais 16 ans (rires). J’aimerais bien continuer car j’adore les défilés par exemple. Mais les critères ont changé depuis mon arrivée. Les garçons sont plus jeunes, plus grands, plus minces...Mais je lance un appel : Jean Paul (Gaultier) si tu m’entends : je reve de defiler pour toi avant que tout s’arrete.
Dès qu’on commence le mannequinat, il faut penser à sa reconversion. J’ai longtemps voulu travailler dans la mode mais je ne crois plus être adapté à ce milieu. J’ai envie que progressivement cela devienne un à coté et n’en garder que le meilleur: les rencontres, les expériences, les voyages... Donc concrètement pour mes projets, on verra. J’ai déjà envie de reprendre mes études l’année prochaine.

Johan Akan
Photo: Matthieu Dorthomb

Tu es très actif sur les réseaux sociaux ?
Au départ, des amis m’ont dit de me créer un Twitter. Je ne voyais pas vraiment l’intérêt. En googlant mon nom, je suis tombé sur des sites où les gens cumulaient des photos de moi. Ca m’a autant fait flipper que ça m’a flatté. J’ai créé mon compte. Clairement les gens me suivent pour mes photos, donc j’ai très vite associé mes tweets à une photo parce que c’est ce que les followers attendent.

En dehors de Paris, où tu habites, dans quelle ville te sens-tu chez toi ?
New York sans hésiter. En fait je me sentais chez moi à New York avant même d’y aller. A force de voir des films et des séries, j’ai fini par avoir le mal du pays, d’une ville que je ne connaissais même pas. Je voulais que mon premier voyage se fasse là-bas et ça a été le cas. Tout me parle là-bas, il y a une telle énergie. C’est une ville où je n’aime pas aller comme touriste. Je préfère prendre mon iPod, mettre mon casque et marcher, sans plan et je vois bien où je tomberai... Je m’y sens chez moi parce que je ne me comporte pas en touriste.

Tu es originaire de Lyon ?
J’ai quitté Lyon parce que ça manquait d’énergie, c’est une grande petite ville et je voulais plus de frénésie. Il n’en demeure pas moins que c’est une très belle ville, assez chic. Je pense que j’y retournerai ! Peut être même pour y vivre... Aujourd’hui je commence à apprécier les choses qui m’ont fait quitter Lyon : le « calme », une dimension plus humaine, et c’est aussi plus proche de ma famille.

De tous tes voyages, quelles sont les villes que tu as préférées ?
Buenos Aires. Parce que j’adore la viande et que c’est juste une tuerie. Il y a quelque chose d’assez européen dans cette ville, un peu figée dans le temps : j’aime beaucoup.
J’adore Biarritz. De supers paysages et là aussi une ville figée dans le temps, avec un certain chic anglais. Il y a aussi un côté plus sauvage, la plage comme je l’aime, pas trop lisse, et des gens vrais. C’est cliché mais j’adore les grosses vagues qui s’éclatent sur les rochers.
Et Londres. C’est comme New York quand tu n’as plus d’argent. A Londres tu te sens vite libre de faire ce que tu veux ! Et ils m’amusent avec leur reine : je trouve ça aussi cool que suranné.

Tes lieux préférés dans le monde ?
Le quartier Meatpacking à New York. Dormir au Standard hôtel, bruncher chez Pastis, et manger un bon burger au Shake Shack (voir photo ci-dessous) : c’est cool.
Le quartier des entrepôts à Hambourg. Ca ressemble beaucoup au Meatpacking, un endroit underground. Il y a beaucoup de studios photos, d’artistes qui se sont installés là-bas. Et tous les bâtiments sont en briques rouges, immenses. J’adore.
Le Busaba, un restaurant thaï à Londres. Que tu y ailles seul ou à deux tu partages ta table. Tu peux y faire de belles rencontres.

johan akan

Une ville pour faire la fête ?
Clairement pas Paris. La dernière fois que je me suis vraiment amusé, c’est à Miami. Je connaissais pas du tout et c’est du grand n’importe quoi: tu croises des filles, tu ne sais pas si ce sont des prostitués, si elles vont te faire un peepshow ou juste si elles sortent... C’est assez improbable. Du coup tu te sens vite déculpabilisé de faire n’importe quoi. Ils font la fête dehors, dans les clubs, sur la plage, partout : j’aime bien ça.

La ville où on trouve les plus beaux garçons ?
Les mecs plutôt latins, un peu espagnols ou d’Europe du sud ont tendance à me faire craquer. Je fais une fixette sur les sourcils bas et les regards sombres donc forcement je les trouve plutôt dans le sud. C’est très bizarre de répondre à ces questions...

Une ville pour tomber amoureux ?
Nice, surtout en été, est une belle ville où je suis moi même tombé amoureux. J’avais une mauvaise image du sud mais j’ai appris à l’aimer. Quand tu sors de Nice, vers l’Italie, c’est très beau. Eze est magnifique. C’est resté très sauvage et il y a des endroits plus calmes et moins touristiques vraiment superbes avec de très jolis paysages.

Une ville pour se marier?
J’espère que ce sera en France, peut-être l’année prochaine. Je n’aimerais pas me marier dans un endroit juste parce que c’est beau. Donc ce serait plutôt du côte de Nice où il y a la famille de mon copain.

Pour une lune de miel ?
Un endroit où il y a du sable blanc et fin, des palmiers et la mer turquoise. Parce que j’ai fait beaucoup de voyage mais jamais ça et j’ai envie de voir si ça existe vraiment. A Nice l’eau est turquoise mais la plage est en galets donc ca fait mal aux fesses !

La ville la plus gay-friendly ?
Barcelone. C’est bien que cette ville soit aussi gay-friendly. C’est très agréable de pouvoir être avec son copain ou juste de pouvoir vivre une vie normale d’homosexuel, comme un hétéro. Contrairement à Paris ou si tu croises quelqu'un qui te plait dans la rue, tu as 95% de chance qu’il soit hétéro, à Barcelone, tout est possible, c’est assez amusant. Personnellement, je préfère la ville hors saison gay. J’ai eu l’expérience du Circuit Festival, et je suis aussi content de l’avoir vécu que de me dire que je ne le referai pas. J’aime pas trop le côté ghetto.

Quel objet emmènes-tu toujours avec toi en voyage ?
Mon passeport (rires) Mon book parce que je voyage beaucoup pour le boulot. Et mon iPhone. C’est une révolution, tu fais tout avec, tu regardes les bonnes adresses, tu as le GPS, tu es en communication avec ta famille et le boulot, tu écoutes la musique, c’est juste indispensable !

Ton conseil pour bien voyager ?
Voyager en jogging parce que ça évite d’enlever sa ceinture à l’aéroport, que tu es à l’aise dans l’avion et que ça ne sert pas le paquet...(rires)

Plutôt couloir ou hublot ?
Couloir pour ne pas déranger les gens. Ca n’arrive jamais parce que je suis très prévoyant mais si jamais je dois aller aux toilettes dans l’avion, je serais capable de me retenir pendant deux heures plutôt que de déranger quelqu'un. Juste par timidité.

Ton prochain voyage ?
Comme la plupart du temps, je ne sais pas ! La dernière fois que je suis parti je l’ai su deux jours avant. Le prochain programmé l’est en février, en Thaïlande: je n’y suis jamais allé. J’ai envie de découvrir ses plages, et une vraie autre culture non occidentale.

Le voyage dont tu rêves ?
Ce serait l’Australie mais avec plus de vingt heures de voyage... je pense que ça ne se fera pas avant un moment. Il faudrait que je puisse me payer au moins la business pour le supporter ! (rires)

Enfin, pourrais-tu partager avec les utilisateurs de misterbandb.com une photo prise lors de l’un de tes récents voyages ?
Photo prise cet été sur la plage de Eze.

johan akan

Retrouvez Johan Akan
sur Twitter: @Johan_Akan
sur Facebook: Johan Akan
sur Tumblr: http://johan-akan.tumblr.com/

Photo principale: Errikos Andreou

Voyager gay à...
veuillez choisir un lieu
Publicité
Publicité