Sept
30
2012

Seattle, verte et cool
30 Sept 2012
par Laurence Ogiela / TETU

Seattle, verte et cool

De la Space Needle, cette tour emblématique qui ressemble à une soucoupe volante, c'est une évidence : Seattle est tournée vers la nature. Entourée de montagnes, d’eau et de forêts, la cité Émeraude mérite bien sa réputation de ville la plus agréable à vivre et la plus verte des États-Unis. Coincée entre les lacs Washington et Union et le détroit de Puget, elle est un modèle en matière de respect de l’environnement et de développement durable.

Ici la « green attitude » est un mode de vie. La ville est distribuée sur des collines qui descendent vers la mer. Moins pentue que San Francisco, elle met tout de même à rude épreuve les cuisses et les mollets des nombreux cyclistes qui la parcourent. Car contrairement à beaucoup de villes américaines, le vélo à la cote ici.

Paradoxalement, une autoroute à quatre voies coupe le centre-ville telle une vilaine cicatrice de béton. C’est le prochain défi environnemental de Seattle qui souhaite faire disparaître cette autoroute sous terre, et ainsi réhabiliter l’accès au bord de mer.

Une des attractions majeures de la ville, le Pike Place Public Market, s’étend le long de cette autoroute et glisse en dessous jusqu’aux quais. Véritable institution depuis 1907, les petits producteurs de tout l’État de Washington viennent y vendre leurs produits directement aux consommateurs. Légumes et fruits frais locaux, saumons, crabes et coquillages fraîchement pêchés, les Seattle-ites ne jurent que par le bio et l’agriculture locale et durable. Ils sont aussi complètement accros au chocolat et au café. On ne compte plus les chocolatiers dans toute la ville.

Quant au café, le premier Starbucks a vu le jour ici. Devenu une attraction locale, on y achète son « tall latte » à emporter puisque, contrairement à tous les autres établissements de la marque, le premier café ne prévoyait pas de tables. En dehors de Starbucks, Seattle est le berceau d’autres grandes marques comme UPS, Amazon, Microsoft ou Boeing. Comme la ville est réputée pour sa qualité de vie relax, ici on est entrepreneur occupé et décontracté à la fois.

Seattle est aussi un symbole de la contre-culture aux États-Unis. En témoigne le quartier hippy, artistique et excentrique de Fremont, autoproclamé « centre de l’univers ». Son marché aux puces est pris d’assaut tous les dimanches. Autre quartier à l’ambiance très libérale, Capitol Hill est à mi-chemin entre le Marais parisien et le Village new-yorkais, en plus grunge.

Un peu bohème, un peu beatnik, un peu destroy : le quartier paraît assez éclectique au premier abord. La faune arty, étudiante et hip qui le fréquente en fait un endroit plutôt pointu en matière de tendances. Vêtements, tatouages, coiffures : on se croirait à New York, Londres et Tokyo en même temps. Tout le monde arbore un look à la fois recherché et décontracté.

On y trouve de nombreux bars, restaurants, clubs, galeries d’art et boutiques de design gays et gay-friendly. Tous les établissements se concentrent le long de Pine Street et de la rue parallèle Pike Street, de part et d’autre de Broadway Avenue.La nuit, le quartier ne désemplit pas.

Le circuit gay suit les mêmes rues et on passe d’un établissement à l’autre en quelques minutes de marche. Le bar Pony, tenu par l’adorable Marcus, barbe rousse et lunettes à monture noire, est un bon point de départ avant de rejoindre le Purr pour une soirée karaoké, ou le Cuff pour des accolades cuir et viriles. Les fans de spectacles de drag-queens opteront pour une soirée chez Julias avec Juanita More, ou pour le show de drags burlesque Bacon Strip au Re-bar, présenté par la blonde Sylvia le premier samedi du mois.

Le bar Pony

Le bar Pony © Laurence Ogiela

Copyright © 2012 Têtu.com. Tous droits réservés. La reproduction ou la distribution de ces écrans sans l’accord express de CPPD et PINKLAB est rigoureusement interdit

Voyager gay à...
veuillez choisir un lieu
Publicité
Publicité