Oct
20
2013

Stany Falcone : « Bruxelles est la ville idéale pour faire la fête »
20 Oct 2013
par misterb&b

Stany Falcone : « Bruxelles est la ville idéale pour faire la fête »

Stany Falcone est un garçon très occupé. A 27 ans, et en plein buzz médiatique, il enchaîne les interviews et répond aux nombreuses sollicitations qui affluent depuis qu’un journal belge, De Nieuwsblad, a révélé que ce jeune acteur de X était un ancien footballeur, joueur pro au Racing Mechelen. Nous l’avons joint à Bruxelles, chez lui, et avons voulu en savoir un peu plus sur ce garçon qui a défrayé la chronique bien malgré lui, qui fait bouger les lignes dans un milieu sportif peu gay-friendly et qui semble avoir la tête bien vissée sur les épaules.

Comment on passe du foot au X ?
Stany Falcone : J’ai dû tirer un trait sur ma vie de footballeur pour des raisons de santé, parce que j’ai eu un choc cérébral et que j’ai perdu 50% de mon œil droit. Le risque était trop grand si je continuais. Par ailleurs, avec la crise dans le foot professionnel en Belgique, la difficulté de bien gagner sa vie dans les divisions inférieures, j’avais de quoi réfléchir. Alors j’ai décidé de changer et d’opter pour une nouvelle vie.

C’était si dur que ça d’assumer son homosexualité dans le foot ?
SF : Le monde du foot est très fermé, la tolérance et le respect ne sont pas toujours de mise. Il n’est pas facile de faire son coming out dans un sport collectif. Une fois que j’ai eu tourné la page du foot, il était temps que je vive libre. Jusqu’alors, j’avais une double vie, je n’étais pas trop équilibré, même si ma famille et mon entourage proche savaient. Ceci étant, je sortais dans le milieu gay depuis mes 20 ans, je ne me cachais pas. Ca se savait, mais mon histoire n’intéresse que maintenant.

Tu as l’impression que le fait que ton histoire soit rendue publique a servi à quelque chose ?
SF : Je suis très content de ce qu’a dit Stéphane Pauwells (un éditorialiste sportif belge, ndlr) à mon sujet. C’est une grande gueule, qui aime bien dire ce qu’il pense, il a utilisé mon histoire, pour la bonne cause (pour dénoncer l’homophobie dans le foot, ndlr). Si des gens comme lui peuvent intervenir et faire en sorte que ca aille mieux, si c’est à quoi je sers, alors que ça continue ! Parce qu’il y en en a marre de ce milieu du foot, des joueurs, des comités, des spectateurs, il serait temps que tout ça change et qu’ils acceptent enfin les différences.

Tu es devenu en quelques semaines le gay le plus célèbre de Belgique, non ?
SF : Je ne revendique rien, je n’ai rien demandé. Mais apparemment mon histoire intéresse. Alors je ne me cache pas, je me rends le plus disponible possible pour les interviews. J’aime bien parler de mon histoire et j’aime me faire comprendre.

Je profite du buzz bien évidemment, des radios, des télés, j’en profite, ca fait parler de moi, c’est bien pour mon boulot et pour d’autres choses. Par exemple si je peux aider des associations de lutte contre le Sida, ou aider des gens à sortir de leur coquille, alors mon histoire aura vraiment servi à quelque chose.

 

C’est quoi ta vie d’acteur de X gay ?
SF : Quand on m’a proposé de faire du porno, je n’ai pas senti que ca allait me fermer des portes, bien au contraire. Et pour l’instant, je ne me suis pas trompé, ça marche. Mais je ne fais pas que ça. Je suis une formation d’anglais et je termine une formation de gestion. Plus tard, j’aimerais peut-être monter un commerce, devenir indépendant. En tout cas, je sais très bien où est ma place aujourd’hui.

Tu as l’air d’un garçon très raisonnable ?
SF : Je sais ce qu’on peut dire de moi, à cause du X, mais je m’en fous. J’aime bien sortir, faire ce que je veux, je n’ai pas de tabous. Je suis bien dans ma tête, bien dans mon corps, bien dans ma peau. Je sais où je vais. J’ai mon chez moi, je paye mon appart, je pense à ma retraite, à mon futur, c’est ça que je veux faire passer comme message. Le foot, j’ai arrêté à cause d’un accident, j’ai dû faire un choix et j’assume totalement ce choix.

Content d’avoir autant de fans ?
SF : Je comprends que des gens idéalisent une personne, que certains, qui ont un moins beau corps, rêvent devant le corps d’autres. Moi ce n’est pas un appétit surdimensionné de sexe qui m’a mené vers le porno, c’est mon goût d’être filmé, d’être aimé, qu’on me félicite, c’est ça qui m’excite, je suis exhib, j’assume ça, ca me fait plaisir de faire plaisir, je vois que je plais, que les gens regardent mes scènse, que je vends des DVD et ça me fait du bien. Pour le reste, si je veux vraiment prendre mon pied, j’ai mon copain pour ça.

Tes prochains projets ?
SF : Là, j’ai un contrat avec le studio Kristen Bjorn qui arrive, je vais me concentrer là-dessus. Et puis il y a un projet avec la RTBF, la télé belge. Ils veulent me suivre pendant plusieurs semaines pour un documentaire. Je vais aussi aller à Hustlaball à Berlin ce week-end. Et puis rester concentré sur ma formation d’anglais et mon diplôme de gestion.

Je vais continuer à tourner de temps en temps. Maintenant j’ai un nom, je voudrais en profiter et pouvoir choisir les studios et mon cachet. Je crois que j’ai les moyens de mieux négocier maintenant.

De toute façon, le X ne sera pas ma priorité, je ne vais pas courir tous les studios du monde pendant 15 ans. Je suis rentré dans un monde que je ne connaissais pas du tout, car je ne regardais pas de porno. Mais j’ai compris que les prods qui rapportent le plus sont les américaines. En Europe, c’est pas très bien payé. J’aimerais bien tourner pour Titan...

Mais demain, si on ne m’appelle plus, je ne pleurerai pas. Je suis parti de rien, à moi de faire un bon petit bout de chemin. Quoi qu’il en soit, j’ai déjà ma petite vie à Bruxelles donc tout va bien.

Quels sont tes endroits favoris à Bruxelles ?
Un bar ? Je risque d’avoir des ennuis si je n’en cite qu’un… Disons le Belgica, le Boy’s Boudoir. Et puis j’aime bien la terrasse du Plattesteen ou du Fontainas.
Un restaurant ? Je suis assez casanier en fait. Je suis cuisinier de formation alors je préfère rester à la maison et me faire à manger.
Un hôtel ? Le Royal Windsor est pas mal, en plein centre, ils sont très ouverts d’esprit, notamment avec leurs packs spécial Démence.
Un club ? Le YOU le dimanche soir, mais bon, la vraie sortie à Bruxelles, c’est surtout La Démence. J’y vais le plus souvent que je peux.
Une boutique ? Nespresso (rires) c’est hallucinant cette boutique, comme tout est fait pour te faire payer des capsules hors de prix ! Sinon, disons que j’ai des goûts très simples, je ne suis pas attaché à une marque précise. J’aime bien les boutiques de l’avenue Louise ou de la Toison d’or.

Un endroit où un touriste pourrait sentir la vraie atmosphère de Bruxelles?
SF : Je dirais le quartier St-Géry, près de la Bourse, tu as tous les petits cafés, c’est très multiculturel, avec de étudiants, des travailleurs, ca bouge, c’est sympa.

Dans quelle autre ville te sens-tu comme chez toi ?
SF : Barcelone. Je suis chez moi là-bas, l’atmosphère est très relax, très cool, et puis il y a la plage. En Espagne en général, tu te sens libre.

Tes endroits favoris dans le monde ?
Un hôtel ? Je ne suis pas très hôtel. Quand je voyage, je préfère aller chez des amis.
Un bar ? Le Bim Bam Bum à Barcelone, à cause de la musique. A Paris, j’aime bien le Spyce.
Un club ? A Paris, j’ai un super souvenir de la soirée Giant à la Machinerie du Moulin Rouge. Et puis la Scream. En ce moment, j’ai l’impression qu’il y a de nouveau de belles soirées à Paris. Et sinon, j’aime bien la Green Komm à Cologne
Une plage ? Les deux plages gays de Barcelone, Barceloneta et Mar Bella, c’est très drôle en été.

La ville idéale pour faire la fête ?
SF : J’entends toujours parler de Londres, mais pour moi, c’est vraiment Bruxelles. Démence le vendredi soir et after au sauna Macho le samedi, et toute la liberté qui va avec, cette atmosphère où tout le monde est mélangé, les jeunes, les vieux, les cuirs, les fashion…

Où trouve-t-on les plus beaux garçons ?
SF : Mon style, c’est les garçons d’Amérique Latine. Mais comme je n’y suis pas encore allé, je dirais en Espagne ou en Europe du sud.

La ville idéale pour tomber amoureux ?
SF : Bruxelles ! Sincèrement, je m’étais toujours dit que je ne trouverai jamais mon mec, à Bruxelles, à la Démence, et pourtant, un jour, c’est là-bas que je l’ai rencontré, et depuis c’est le bonheur.

La ville idéale pour se marier ?
SF : Si je devais me marier, ce serait sur une plage. Alors pourquoi pas sur la plage à Barcelone ?

La ville la plus gay-friendly ?
SF : Barcelone. Difficile de me contredire, si ?

Un objet que tu emmènes toujours en voyage ?
SF : Ma trousse de toilette (rires). Je ne peux pas te dire tout ce qu’il y a dedans, mais disons qu’il y a les choses les plus importantes, crèmes, parfum, capotes, gel etc.

Plutôt couloir ou hublot ?
SF : Plutôt hublot, pour poser ma tête dessus et dormir.

Ton meilleur conseil pour voyager ?
SF : Ce n’est pas parce qu’on part en vacances qu’on doit être stressé ! Donc relax ! C’est les vacances donc on reste cool !

Ton prochain voyage ?
SF : Je pars à Berlin pour Hustlaball

Ta destination de rêve ?
SF : Le Brésil, Rio de Janeiro, pour le Carnaval

Gardons le contact

Instagram Facebook Twitter

Où que vous alliez, n'oubliez pas de nous retrouver sur Instagram, Facebook and Twitter et partagez vos photos de voyage en utilisant le hashtag #ExperienceYourPride. Nous partagerons les meilleures photos avec notre communauté mondiale de voyageurs LGBT! Partagez votre expérience d’hôte ou vos bons plans à propos de votre ville, et tournez une vidéo pour mettre en avant votre logement. Intéressé ? Envoyez nous un email à stories@misterbandb.com et nous vous recontacterons.

Publicité
Publicité